FacebookRetrouvez nous également sur Facebook

Accueil

La mise en veilleuse du Cellier à partir du 1er juillet de cette année a, pour beaucoup de clients et coopérateurs, été comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu.

Incrédulité, incompréhension, frustrations… Comme beaucoup de nos clients, nous regrettons de ne plus pouvoir acheter local, en circuit court, des articles variés et de qualité. Nous regrettons le confort qui nous avait été offert de pouvoir, en un seul clic et un seul déplacement hebdomadaire, qui plus est dans un lieu agréable et convivial, assurer une partie significative des courses du ménage…

Cependant, notre manière de fonctionner a coûté extrêmement cher en heures de travail bénévole (environ 60 h/semaine) et, au vu du nombre décroissant de commandes, du découragement des principaux moteurs et de la pénurie en bénévoles engagés dans la structure « profonde » (disponibilité, compétence, responsabilité), le CA du Cellier, approuvé par l’Assemblée Générale des Coopérateurs, s’est vu contraint d’abord d’arrêter les activités « commerciales » puis de mettre la coopérative en veilleuse en attendant de redéfinir un projet conforme à notre ADN mais qui corresponde mieux aux forces vives dont nous disposons aujourd’hui (et demain).

Une nouvelle période s’ouvre à présent : avec l’appui de l’Asbl Haute Sambre en Transition, nous allons entamer très vite une réflexion dans cette direction.

Pour ce faire, deux choses sont importantes :

  • que les coopérateurs continuent à nous accorder leur confiance pendant l’année qui vient, de sorte que nous puissions disposer de la somme minimale permettant l’existence même de la structure « coopérative » ;
  • que toutes les bonnes volontés se manifestent de façon constructive.

Merci de vous signaler en ce sens, de préférence par courriel, auprès d’Ingrid HOEBEKE, secrétaire de l’asbl Haute Sambre en Transition.

Vous serez dès lors tenu au courant des rendez-vous pour ce « remue-méninges » destiné à nous relancer sur une voie prometteuse en matière de soutien à l’économie locale, vers cette Transition alimentaire et énergétique souhaitée par les coopérateurs.